The Chamber

Travailler à Singapour

Alors que le pays a rouvert ses frontières, voici un petit aperçu des principaux visas pour comprendre les règles relatives au recrutement des salariés étrangers à Singapour.

Les salariés étrangers (hormis ceux disposant du statut de résidents permanents – « PR ») doivent impérativement obtenir un visa de travail sponsorisé par l’entreprise qui les recrute.

La plupart des visas de travail sont subordonnés à l’obtention préalable d’un contrat de travail signé avec une entreprise basée à Singapour laquelle sponsorisera le visa et sera responsable, à ce titre, de la procédure (en supportera les frais de dossier notamment).

Il existe plusieurs sortes de visas de travail dont les principaux sont les suivants :

  • Employment Pass (EP) 

Ce visa permet au titulaire de venir avec sa famille (conjoint et enfants) dont chacun des membres obtiendra un Dependant Pass (DP), titre de séjour rattaché à l’EP, à condition que le salaire du titulaire de l’EP soit de minimum 6 000 SGD mensuels.

L’obtention d’un EP, réservé aux profils les plus qualifiés (diplômes d’institutions reconnues ou, à défaut, des compétences pointues), est conditionné à un niveau de salaire minimum et variable en fonction du diplôme et de l’expérience professionnelle.

Le niveau minimum de salaire requis sera fixé à 5 000 SGD mensuels (5 500 SGD dans le secteur de la finance) et à 10 500 SGD pour les salariés en milieu de carrière (11 500 SGD dans la finance) à compter de septembre 2022.

Finalement, et dès septembre 2023, de nouvelles directives entreront en vigueur pour apporter plus de visibilité et de transparence dans l’obtention de ce visa avec la mise en place d’une grille d’évaluation dite « COMPASS » (Complementarity Assessment Framework).

  • S Pass

Ce visa s’adresse aux salariés de qualification intermédiaire avec un salaire minimum requis de 3 000 SGD mensuels à partir de septembre 2022 (3 500 SGD dans le secteur financier) et 4 500 SGD pour les salariés en milieu de carrière (5 500 SGD dans le secteur de la finance). Aucun salaire maximum n’est toutefois imposé. Pour ce visa, un quota (10% de l’effectif salarié total dans le secteur du service) est instauré ainsi qu’une taxe forfaitaire appelée « levy ».

Pour ce visa, les membres de la famille (conjoint et enfants) du titulaire peuvent également bénéficier d’un DP à condition que le salaire du titulaire du S Pass soit de 6 000 SGD minimum.

Pour les EP et S Pass, il faut pouvoir justifier du recrutement d’un salarié étranger par rapport à un salarié local et prouver que la procédure de recrutement a été menée de manière équitable avec les éventuels candidats singapouriens.

  • Work Permit 

Ce visa de travail, traditionnellement réservé aux « workers » (ouvriers du bâtiment et personnel de maison), a été étendu aux salariés sous DP dans le secteur des services suite à la suppression de la Letter of Consent (LOC) en mai 2021. Les conditions d’obtention pour un Work Permit lié à un DP sont allégées par rapport aux autres Work Permit, notamment par le fait qu’il est ouvert à toutes les nationalités.

C’est un visa de travail qui est également soumis à quota (35% dans le secteur des services) et avec un « levy » applicable. Il n’y a pas de salaire maximum sous un Work Permit.

Grâce à sa licence d’Employment Agency (EA no. 10C4756) et sa grande expérience, la French Chamber of Commerce in Singapore peut vous assister dans vos recrutements à Singapour et réaliser vos demandes de visas de travail et de séjour pour la famille accompagnante pour tout employé étranger.

Photo by Jisun Han on Unsplash  

Close

Get your copy of FOCUS 77 Edition: CEO Sustainability Series!